17 novembre 2017

Les animaux de basse-cour débarquent à Issoire

Les animaux de basse-cour débarquent à Issoire
Le boulodrome va accueillir près de 90 éleveurs amateurs de lapins, pigeons, canards, oies, tourterelles, cobayes…

La 37e exposition nationale d’animaux de basse-cour ouvre ses portes ce week-end, au boulodrome, à Issoire dans le Puy-de-Dôme. Plus de 800 animaux vont concourir lors de cette manifestation.

 

Pendant deux jours, samedi 18 et dimanche 19 novembre, le boulodrome sera le fief des animaux de basse-cour. L’association des aviculteurs d’Issoire-­Champeix organise la 37e édition de son exposition nationale avec comme but, selon Yves-­Marie Bozec, président de l’association, de « préserver des espèces de basse­-cour de races pures et rares, et renouer avec ces animaux familiers. Pour nous, c’est vraiment un plaisir de perpétuer et organiser cette exposition. »

88 éleveurs et plus de 800 animaux

Cette manifestation, dont la notoriété ne cesse de grandir, accueillera cette année 88 éleveurs amateurs et leurs 800 animaux. Le championnat de France des lapins gris du Bourbonnais se déroulera vendredi matin 17 novembre, avec 50 bêtes. Quant aux 332 pigeons Strassers, ils disputeront le championnat régional samedi matin. « Quelques heures avant le début du concours, les animaux sont soigneusement préparés, brossés et toilettés », explique le pré­sident de l’association. Des points et des pénalités seront attribués aux animaux pour les classer en fonction des standards. Ils seront jugés selon des critères très précis tels que le bec, le poids, la tenue, la couleur de la fourrure, sa densité, ses dessins… « Pour les meilleurs d’entre eux, les animaux seront primés », ajoute-­t­-il.

Remise des prix dimanche

Un jury de 13 personnes de la société centrale d’aviculture de France (Scaf) sera constitué afin de décerner les prix, dimanche, à partir de 16 heures. L’association organise, vendredi, un après­-midi à la découverte de la basse-­cour avec les écoles d’Issoire et de l’arrondissement. En attendant, l’association se mobilise pour la sauvegarde des animaux. « Nous avons travaillé avec les vétérinaires de Lyon, cette année, afin de congeler un embryon de lapin en cas de pénurie et pour éviter de devoir recréer ces animaux. »

Edwige Seneze

La Montagne 16/11/2017